Page française du mont 7

English mount 7 page

Tree rescue
Sauvetage d'un branchage

In the case when there is no physical injury in a tree landing, or crash, some tree climbers are willing to proceed with a tree rescue. They would come with the required equipment to rescue the treed pilot and his/her gears.
Remember, trees grow really high in the west and in the rockies. It may happen that for a reason or another, a treed pilot is unable to self-rescue. Of course, if it happens out of sight, a radio becomes an essential tool of survival.



Stranded (DM).
Well hung (DM).
Climber begin (DM).
Clearing the path (DM).
Reaching, roping (DM).
Cutting ties to reserve (DM).
Descent (DM).
On his feet, waving (DM).
Welcome, friend (DM).
Lee MacDonald (SL).

On 2004 July 30th, during the Willi Muller cross country challenge, a well known paraglider (Randy Parkin) found the conditions too rowdy and decided to go toward the valley, toward calmer air, and maybe land to safety. Unfortunately, and somehow ironically, he experienced a collapse with complications. He quickly left the sky for the forest. His reserve was stuck solid at the top of a dead one. Hanging at more than half height, he was able to radio friends with his situation and his GPS coordinates. Being not far from a forestry road speeded the recovery. Lee, a local tree climber and paraglider did the initial rescue to free our stranded one. A few minutes later, he was standing safely on the ground. See photos and his accident report below.

From his informative accident report

Randy was flying an APCO Allegra L while sitting in a harness APCO Contour. He did deploy his reserve, a Mayday 22. He suffered no injuries. The damages on the wing and the reserve were limited to small tears, repaired for $500. He cut his reserve bridle, still to be repaired [at the time of the report].

The weather was partly cloudy, on a warm summer day. The wind kept stronger than usual at 15-20 km/h from NW. He mentions gusts of 50-60 km/h while in the tree, "enough to rattle a 100 ft tall tree (and the pilot in it)". Let's read his account of the events:

Objective Description of Incident:

  • Had been drifting downwind at 5000 ft [1700 m], mid-valley (much closer to highway than mountain, maybe 1/4 mile [400 m] east of highway) just east of Parson. Had just turned downwind in 3rd turn in a thermal. Glider dove below me, pulling me head first through the lines. Recovered locked in spiral with riser twists. Untwisted risers, then worked to get out of spiral unsuccessfully (initially started to on the wrong side, realized I'd made a mistake and switched but not quickly enough). Unsure of altitude at that point, but realized I was low so decided to throw. Deployment was immediate and clean. Drifted downwind quickly approximately 10 - 15 seconds (just long enough to disable PG) before contacting largest tree in small clearing on the north side of Tilly's Bluff (I think that's what they call it). Spent 3 hours, 80 ft [25 m] up the tree until helped out by Lee MacDonald.

Contributing Factors:

  1. High winds in local area.
  2. Turbulence - it had been rough most of the flight, but not any worse than it had been all week, at least till the incident.
  3. My own skills/currency - haven't done a lot of flying this year and my first reaction to the spiral was wrong. Not sure it would have made a difference, but you never know. I really don't believe this contributed to the initiating incident - I've seen the glider do similar things before (at least twice earlier in the week), and recovered fine. This was exceptionally quick and violent, as attested by the attitude it I ended up in - head down.
    There has been speculation about rotor being a factor, and I've given that a lot of thought. As mentioned above, I was mid valley (confirmed by GPS), with no large ground features upwind (Tilly's where I landed was downwind). There is a steep ridge (150 ft [50 m]) that runs beside the highway from just north and then to the east of Parson, but I had at least 2000 ft [600 m] of ground clearance and can't see how that could be a factor.

    My best guess is that I flew out of the downwind side of a particularly strong, rapidly drifting thermal, and that the edge was very, very well defined.


  1. Be wary of conditions, especially when things seem "too good to be true". I had been heading out to land, having decided the conditions were rough and worsening (had 70 km downwind drifts along the peaks). However, when the drift abated a little (just 50 km) mid-valley and I started a gentle climb as I drifted (200-300 ft/min [1-1.5 m/s]), it seemed a good idea to keep going. 10 minutes later, I was wishing I'd just landed.
  2. Check your reserve. I have been going to reserve clinics yearly for 12 years, never really expecting to need the practice. I do check my handle on almost all flights, just to confirm where it is. When I made the decision to throw, it was done almost before I'd finished thinking about it - not skill, just habit.
  3. Check your bridal routing and the attitude you will find yourself in if you deploy. Tihi Bukvik and I had checked the reserve just a week before and made some minor adjustments that I believe may have contributed to a quicker deployment. What I didn't do, and will from now on, is hang in the simulator and check where the reserve bridal would go when deployed from the harness I'm using. Two things learned: 1. My front mount reserve, when deployed while spiraling, came out and pulled the bridal between my legs resulting in a pretty severe head over heals flip when the reserve opened and damaging my radio and GPS mounted in a flight deck (see below); 2. The bridal of the reserve while inflated pushed my helmet and head forward so I wasn't able to look up to check the flying condition of the reserve. Same thing happened in the tree as I wasn't able to stand on anything. During the 15 minutes it took to tie myself into the tree, with no ability to look up and see what was happening, I spent some time wondering just how securely I was hooked in the tree.
  4. Be prepared to spend time in the woods, even if you're not in a tree. Key thing I realized was how important it was to have, and have access to, communication and safety equipment. The flip when the reserve opened ripped the radio off my flight deck and broke the knobs off (same with GPS - a good tether saved both). I was able to radio my location within 5 minutes of hitting the tree, help arrived about an hour later with some radio guiding and GPS coordinates, and I was out in 3 hours. Without the radio, or had the antenna been busted off, I'd have been in trouble. My cell and spare antenna were with me and functional, but in a pocket I could not open given my attitude in the tree. Without the radio, I would have had to get out on my own - no one would have just passed by there. I had a tree kit, but not sure I had enough rope for an 80 ft [25 m] save, and had some difficulty getting to it (stopped trying when help was confirmed). I had water, and needed it. I don't carry food with me on a regular basis. Before I fly Golden again, I'll be checking all of those things much more carefully.
  5. Be nice to the people you fly with. This would have been a much worse experience without the help of Mike and Barb Spencer, Ted and Lucille de Beaudrap and Lee and Dana Macdonald. They all dropped what they were doing, then did an exceptional job of getting me out. It's too late to start making friends when you're 80 ft up a tree and really need them. Also, Alan Dickie and Derek (sorry, I'm not sure of the name) the tree guys went out of their way to help recover my reserve.

Thanks to Randy Parkin for sharing such an informative experience. And to the participants to understand air etiquette.


Expect paying $100 to $400 according to the degree of difficulty of the rescue.

Contact info

Scott Kells (250-344-1088) may be interested in tree rescues if no injury. Please contact me if you are interested to do this work.

Dans les cas où il n'y a pas de blessure lors d'un branchage, quelques grimpeurs d'arbres veulent bien procéder à une récupération. Ils viendraient avec l'équipement requis pour descendre le libériste branché et son appareillage.
Rappelez-vous, les arbres poussent vraiment haut dans l'ouest. Il peut arriver que, pour une raison ou une autre, un libériste branché ne soit pas capable de se déprendre. Evidemment, si cela arrive hors de la vue, une radio devient un outil essentiel de survie.



Echoué (DM).
Bien accroché (DM).
Grimpeur commence (DM).
Ouvrir la voie (DM).
Rejoindre, corder (DM).
Séparer du secours (DM).
Descente (DM).
Pieds au sol, saluant (DM).
Bienvenue, ami (DM).
Lee MacDonald (SL).

Au 30 juillet 2004, durant le défi distance Willi Muller, un parapentiste bien connu (Randy Parkin) a trouvé les conditions trop brassantes et a décidé de se diriger vers la vallée, vers de l'air plus calme et, peut-être, atterrir vers la sécurité. Malheureusement et ironiquement, il a eu une fermeture avec complications. Il a alors rapidement quitté le ciel pour la forêt. Son parachute de secours était bien pris au sommet d'un arbre mort. Pendu à plus de mi-hauteur, il fut capable de contacter ses amis, les mettre au fait de la situation et donner ses coordonnées GPS. La proximité d'un chemin forestier a accéléré la récup. Lee, un grimpeur et parapentiste local a procédé au sauvetage initial de notre libériste échoué. Quelques minutes plus tard, il était debout au sol, sain et sauf. Voir photos et son rapport d'accident ci-dessous.

De son rapport d'accident instructif

Randy volait un APCO Allegra L, assis dans un harnais APCO Contour. Il a déployé son parachute de secours, un Mayday 22. Il n'a souffert d'aucune blessure. Les dommages à l'aile et au secours étaient restreintes à de petites déchirures, réparées pour $500. Il a coupé la bride de son secours, toujours à réparer [au moment du rapport].

Le temps était partiellement nuageux, durant un jour chaud estival. Le vent se maintenait plus fort qu'à l'habitude à 15-20 km/h du NO. Il mentionne des rafales de 50-60 km/h lorsque dans l'arbre, "assez pour faire vaciller un arbre de 100 pi. (et le libériste dedans)". Lisons son récit:

Description objective de l'incident:

  • Me laissait emporter vent de dos à 5000 pi. sol [1700 m], à mi-vallée (beaucoup plus proche de la route que de la montagne, peut-être 1/4 mille [400 m] à l'est de la route) juste à l'est de Parson. Venait de tourner vent de dos au 3ème tour dans un thermique. Aile plonge sous moi, me tirant tête première dans les suspentes. Rétabli dans une spirale avec des suspentes entortillées. Démêle les suspentes, travaille sans succès ensuite pour sortir de la spirale (du mauvais bord au début, réalise avoir fait une erreur et change de bord mais pas assez vite). Pas certain de l'altitude à ce moment mais réalise que je suis bas alors décide de lancer le secours. Déploiement fut immédiat et net. Dérivait rapidement au vent environ 10 - 15 secondes (juste assez longtemps pour mettre le parapente hors d'usage) avant de faire contact avec l'arbre le plus grand d'une petite éclaircie du côté nord de Tilly's Bluff (je crois que c'est comme ca qu'ils appellent cette petite butte avec falaise). Passé 3 heures, à 80 pi. [25 m] dans l'arbre jusqu'à ce que Lee MacDonald m'aide.

Facteurs contributifs :

  1. Vents forts dans les environs immédiats.
  2. Turbulence - c'était dur la plupart du temps, mais pas pire que c'était toute la semaine, au moins jusqu'à l'incident.
  3. Mes propres habiletés courantes - pas beaucoup volé cette année et ma première réaction à la spirale était mauvaise. Pas sûr que ca aurait fait une différence - mais on ne sait jamais. Je ne crois vraiment pas [par contre] que cela ait contribué à l'incident initial - j'ai vu l'aile faire des choses semblables avant (au moins deux fois, plus tôt dans la semaine) et me suis bien rétabli. Cette fois fut exceptionnellement rapide et violente, tel que démontré par l'attitude dans laquelle je me suis retrouvé - tête en bas.
    Il y a eu des conjectures concernant la possibilité de turbulences sous le vent et j'y ai bien réfléchi. Tel que mentionné plus haut, j'étais à mi-vallée (confirmé par GPS), sans grande particularité au sol du côté vent debout (Tilly's Bluff où j'ai touché était sous le vent). Il y a une falaise abrupte (150 pi. [50 m]) au bord de la route du nord à l'est de Parson, mais j'avais au moins 2000 pi. [600 m] de hauteur et ne peut voir comment cela pourrait être un facteur.

    Ma meilleure supposition est que j'ai volé du côté sous le vent d'une thermique particulièrement fort et rapide et que ses bords étaient très très bien définis.


  1. Méfiez vous des conditions, en particulier lorsque les choses semblent "trop belles pour être vraies". Je me dirigeais vers les attéros, ayant décidé que les conditions étaient dures et empiraient (avait 70 km/h de dérive au-dessus des pics). Cependant, quand la dérive a diminué un peu (seulement 50 km/h) mi-vallée et que j'ai commencé une remontée douce en dérivant (200-300 pi./min. [1-1.5 m/s]), ca semblait une bonne idée de continuer. Dix minutes plus tard, je souhaitais avoir seulement atterri.
  2. Vérifiez votre secours. Je vais aux cliniques de parachutes de secours depuis 12 ans tous les ans, sans m'attendre à avoir besoin de cette pratique. J'en vérifie la poignée durant presque tous mes vols, juste pour confirmer où elle est. Quand j'ai pris la décision de lancer, c'était fait presque avant d'avoir fini d'y penser - pas habileté, juste habitude.
  3. Vérifiez le trajet de votre bride et l'attitude dans laquelle vous vous retrouverez si vous déployez. Tihi Bukvik et moi avons vérifié le secours juste une semaine avant et fait des ajustements mineurs qui, je crois, peuvent avoir contribué à un déploiement plus rapide. Ce que je n'ai pas fait, et ferai dorénavant, est de m'accrocher au simulateur et voir où la bride irait lors d'un déploiement. Deux choses apprises: 1. Mon secours installé à l'avant, lorsque déployé dans une spirale, est sorti et a tiré la bride entre mes jambes, provoquant une pirouette quand le secours s'est ouvert et endommageant mon radio et mon GPS installés sur un tableau de bord (voir ci-dessous); 2. La bride de mon secours gonflé poussait mon casque et ma tête vers l'avant. Je n'était donc pas capable de regarder pour vérifier l'état du secours. C'était pareil dans l'arbre puisque je ne pouvait pas me tenir sur quoi que ce soit. Pendant les 15 minutes qu'il m'a fallu pour m'attacher à l'arbre, sans la capacité de regarder et voir ce qui se passait, j'ai passé quelques temps à me demander si j'étais solidement accroché à l'arbre.
  4. Soyez préparés à passer un bout de temps dans les bois même si ce n'est pas dans un arbre. Fait important, je me suis rendu compte de l'importance de pouvoir communiquer et d'avoir accès à de l'équipement de secours. La pirouette, lors de l'ouverture du secours, a arraché la radio du tableau de bord et en a cassé les boutons (même chose avec le GPS - une bonne lanière les a sauvés). J'ai été capable de donner ma position par radio en moins de cinq minutes après le branchage. Avec guidage radio et coordonnées GPS, l'aide est arrivée environ une heure plus tard et en trois heures j'étais au sol. Sans la radio ou si l'antenne avait sauté, j'aurais eu des problèmes. J'avais mon cellulaire et mon antenne supplémentaire avec moi mais dans une poche que je ne pouvais atteindre étant donné mon attitude dans l'arbre. Sans radio, j'aurais été obligé de me sortir de là seul - personne ne serait passé par là. J'avais une trousse d'arbre mais pas certain d'avoir asser de corde pour une récup de 80 pi. [25 m] et j'avais de la difficulté à l'atteindre (arrêté d'essayer quand l'aide fut confirmée). J'avais de l'eau et en avais besoin. Je ne porte pas de nourriture régulièrement. Avant de revoler à Golden, je vais vérifier toutes ces choses beaucoup plus soigneusement.
  5. Soyez plaisant avec les gens que vous volez. Ceci aurait été une bien pire expérience sans l'aide de Mike et Barb Spencer, Ted et Lucille de Beaudrap et Lee et Dana Macdonald. Ils ont tous laissé tomber ce qu'ils faisaient, puis ont fait du travail exceptionnel pour me sortir. C'est un peu tard de commencer à vous faire des amis quand vous êtes pris 80 pi. de haut dans un arbre et que vous avez vraiment besoin d'eux. Aussi, Alan Dickie et Derek (désolé, je ne suis pas certain du nom), les gars des arbres, ont fait des détours pour aider à recouvrer mon secours.

Merci à Randy Parkin de partager une expérience si instructive. Et aux participants de comprendre l'étiquette de l'air.


Comptez payer de $100 à $400 selon le degré de difficulté de la récupération.

Contact info

Scott Kells (250-344-1088) peut être intéressé en sauvetage d'un arbre si pas de blessure. Les gens intéressés sont priés de me contacter.

Vidéo par Video by Dana MacDonald, photo par by Serge.

Merci de visiter. Thanks for your visit.

html, css and et javascripts by par SL at à

Droits d'auteurs Copyrights © 2004 - 2011 Serge Lamarche

Golden, Colombie-Britannique, British Columbia, Canada.

 Any comments?   Commentaires? 

 Site map   Organigramme