Page française du mont 7

English mount 7 page

Stories and adventures
Histoires et aventures

My goal here is to collect and post stories about flying from mount 7. Stories that are posted somewhere else are simply linked to. If you have or know a mt 7 story and want it linked or posted here, please contact the webmaster via the comments page or by email (see at bottom).
- Serge, webmaster.

HG Splash in the Columbia River
2009 August - Willi meet
by Guy Leblanc

Landing zone, Pagliaro cliffs, cabin.

The scene of the drama.

Climbing the Pagliaro cliffs, I am preparing my final glide back to the GEAR LZ. A growing T-cell to the east gave me concern, but I am now past it and will be landing shortly. As I set out across the gap, I get hammered with strong persistent sink. The LZ quickly becomes unreachable, so I turn back towards the nearby 15-km field, but I plummet rapidly out of range. A couple small fields below are my only escape. Turning final above Highway 95, I hit the full force of the gust front and get blown back despite top speed on my XC142.

Behind me is a steep embankment leading to the Columbia River and associated marshes. My choices are crashing into wildly swinging trees or going for a swim. I turn right and promptly get pushed sideways over the 200-ft cliff. A fierce rotor slams my left wing, sending me out of control into a steep left turn towards the embankment. I roll right with all my might, barely miss the trees, then hit the water in a descending right turn.


Cabin position.

Lone cabin, big wetlands and river.

In-flight mayhem turns to peace and quiet underwater. Just like during my helicopter underwater egress training, I took a deep breath before the plunge, giving me time to consider the options. Should I release my harness buckles, cut my hang loop or undo the carabiner? A quick glance shows more light behind me than in front, so I push out the control frame, lift the glider's keel, and pop my head out of the water, just behind the trailing edge. The hang glider is floating nicely nosedown, my harness is also buoyant, and I am drifting slowly with the current. I quickly toss my gloves and sunglasses, then I undo the carabiner to separate my harness from the glider. I grab a wing tip and swim while pulling the glider across the river, towards the shore closest to the road, drifting nearly 800 metres from the impact point.

Rail track.

Rail track between cliff and river.

Reaching the steep, boulder-built shoreline, I try to lift the glider out keel first, but can't get secure footing. Shivering in the cold water, I streamline the glider in the current and remove my harness and flight instruments. Repositioning the hang glider requires me to push off into deeper water, then rotate the nose towards shore. More failed attempts and urgent physiological needs convince me to give up, so I jam the nose wires in submerged rocks and get out. I strip off my wet clothes in the howling winds, just as a train whips by on the spot I would have crashed at the base of the cliff. I clear the horrific vision from my mind and climb up to the nearest house, where caring locals give me dry clothes and let me call for assistance.

Cabin by the river.

Guy arrived to this lone cabin by the Columbia.

Soon after, my friends Leif, Fiona and Rob help me get the glider out of the cold river. Luckily, the glider only has superficial damage. After a full dry-out period, reserve repack and minor sail tape-up, I am back thermalling my glider over Mount Seven! My BlackBerry, GPS and FRS radio fully recover, but my vario only offers partial functionality…

Final comments:

Guy thank you note.

Well felt thank you left at the cabin.

  • A water landing is not for everyone, as many pilot drownings have shown. Panic, a broken arm or being knocked unconscious could have been catastrophic.
  • Air trapped in the sail and keel allowed my glider to float for a long time. Also, my hang-strap length and glider geometry allowed my head to clear the trailing edge. Other gliders may not float at all, and also prevent a pilot's head from clearing the sail.
  • Prevention is best: land early if conditions deteriorate, especially in the mountains.
  • Still, pilots must weigh all options when facing a crash. Top-landing may be better than racing a gust front in the valley. A planned tree-landing may be better than getting rotored into the ground. Crashing close to a road is better than in a remote area.


Amazing experience
2007 August 5
by Lukas Ircha

Lukas Ircha marvels about several of his flights paragliding in Golden. Posted on the WCSC forum. Not all of his flights to be recommended though. And his technique of flying low is not too safe with paragliders in here.

[...] Both Vedrine and Gilbert were attacked by huge eagles while flying over the mountains of Spain. Gilbert shot his foe; Vedrine outmanouevred (sic) his. [...]
- Editor, from Important and Unique Aeroplane Incidents of 1911, in New York American, 1911 june 04.

Attacked by a couple of raptors
Sunday, 2006 July 9
by Serge Lamarche

I've heard about it. Tales of birds attacking pilots, damaging their wings. A local paraglider (Dan) just told me one about a week ago. "At first I tough I hit something. It was hitting hard, putting the wing in horseshoe... Left some tears on the wing, one this long (20 cm)..."

So I was flying low down the range yesterday, trying to reclimb to above the peaks, to no avail. The thermals were small and weak. About 20 km downrange, before the town of Parson, I suddenly hear a "thump" and I fall about a foot down. At first I think my main rope attaching me to the wing just broke and I fell into the safety. Seems impossible, but what else can it be? And then "thump", it does it again a little differently! I look quickly behind and, lo and behold, a bird of prey is backing a little and starts another dive! "Thump" again! He's hitting so hard he must be hurting himself and the wing may be damaged, I think. I dive and do some evading maneuvres and they let go. I took a photo of the culprit(s) when at safe distance. The bird(s) were not very big, maybe 60-90 cm wingspan but quite determined. I was surely flying close to their nest.

Each flight is an adventure. And some flights more of it than others.


I took photos of damages, once landed. Claws, beak holes. The bird dived between cables and under them. Stunning. I wish I had a video of it. The first damage photo (left) shows the detail of a pass on the fabric and possibly some blood. The main attacker surely lost a feather (photo on the french side).


My attacker went back up rapidly.

I just had a look at what kind of bird it could be. According to Hinterland who's who, it is most likely a Goshawk. It didn't let go of me until 1 km away, was very agile and aggressive.

A memorable flight
2005 June 8
by Serge Lamarche

This spring I was waiting for a stretch of good weather to insure the car and start my flying season. Thursday May 26 was it. At least four days of sunny, light wind weather in the forecast.

Thursday and Friday I just went around mount 7 reforming my skills, checking the wing, getting used to flying. Airsickness would begin slowly after one hour of airtime. I would fly with the harness a bit more vertical to alleviate this symptom. A swallow of water also helps me.

A few people, paragliders and hang gliders, came for the weekend since the weather was beautiful. Janet, André, Michael, John, Greg, Martin, Ron, and a few others I forget the names still. I think most were very satisfied with their flight. I don't know all the flights made since I was myself flying and couldn't socialize at the same time.

I can report most accurately on my flights since I witnessed them in their entirety: Saturday, the wind was northwest and I decided to do Tower peak (Parson) and return. However, there was a fire near the mouth of the Beaverfoot that was smoking the sky south of Willi's peak (the wind was NE over there). So I just shortened it to a Willi's peak (it's about half way) and back to Nicholson. Total 36.5 km in two hours airtime.

Before going up Sunday, I met Lee in a hurry to remove a paraglider just treed northwest of the launch. Visible from Reflection lake, Diane decides it's a hang glider day. I agreed, beginners must be more prudent. The yellow paraglider had a collapse too low. Probably the result of flying too much on the lee-side, the wind being light south at the time. The air is also more active in the spring and will cause more collapses. It is better to fly farther from the mountain, as the thermals will also be there.

In flight, I could see the fire now engulfing the whole mountain east of the mouth of the Beaverfoot river and the smoke higher and larger shadowing from south Kapristo to two peaks north of Tower peak. The smoke looked a bit like an umbrella made of a giant palm leaf. Being high over Kapristo (11300 feet altitude), I went for Parson and back thinking I could just glide underneath the smoke and catch a thermal on the other side. That's what I did. I climbed to only 10000 on the other side though, making the return less certain but I had the wind with me. The valley wind was definitely moderate south. The smoke started to fall so I hurried. I glided under it, sun disk turning red first, then bits of ash raining sparsely. I arrived on the other side quite low, barely above the low end of a "finger" of Kapristo well lit by the sun. I reclimbed that finger slowly and flew above the Pagliaro side. I was not going for height. I flew directly to mount 7 easily with the southerly.

Since that was only my 4th flight of the year, I was still feeling airsick a little. The thermals being bumpy with sink present, I thought to just go land at this point. So I went directly for Cedar lake on the other side of the valley, since I was high enough, and to see how many people were there in this hot sunny Sunday afternoon. There were a few. One was swimming I think.

Dogtooth range.

DogTooth range flown is by the valley including Kicking Horse resort. Photo taken mai 2007. Smokey air.

I was too high to be sure. So then I thought, with the south wind now very light, maybe I could climb on the Dogtooth range. Just ahead of me to the left are two large clear cuts at the edge near Canyon creek. I go there and find something. With the extra altitude I decide to go along the aligned peaks climbing a little more here and there. A sink before the Kicking Horse Ski resort made me go back a little. But I tried again and I found a couple of sunny corners giving good thermals. I arrived 1000 feet above the ski resort only to find the best thermal of the day! I climbed there to 11500 feet. Well, with plenty of altitude now, I had to push it further. So I went northerly along this row to the end peak to arrive at 10000 feet.

Memorable flight.

This September satellite shot is devoid of snow. Without GPS, the flight path drawing is rather crude. In the order flown, the circles pinpoint: the Lookout, Tower peak, Cedar lake, clear cut near Canyon creek, ski resort peak, end peak north on the row, Nicholson LZ, and gravel pit.

Now a bit low, I hurried back hoping to find enough thermals to make it back. A rocky sharp edge did provide the thermals required, luckily. I just then followed the peaks back without even turning. I turned toward the LZ when I arrived above Canyon creek. I followed the creek to the LZ. Above the LZ, it seemed deserted and I was high enough (6000 feet) to go back to mount 7. But it was now past 7 pm and my car was still up at the Lookout, so I went for the landing at the gravel pit. The wind being south and light at this time, it would be relatively easy. And I could get a ride up right away to get my car. And that's how the day ended. Many other pilots were driving down as I was in the ride up.

All bits together, I calculate my distance to be the Lookout to Tower peak to mount 7 to Canyon creek-at-Dogtooth to end-peak-north-of-ski-resort to Nicholson to gravel pit. That is 27.9 + 27.9 + 10 + 13 + 17 + 6 = 101.8 km in 3:40 airtime.

Well. That's a memorable flight!

A Flying Summer Vacation: Part III: Mount 7
2005 June
by Jeff Cristol

Jeff Cristol recounts his stay in Golden, here.

Golden to Canmore
2004 August 13
by Will Gadd

Will Gadd recounts his flight Golden to Canmore, here.

Mon but ici est de recueillir et afficher des histoires de vol libre de vols partants du mont 7. Les histoires affichées ailleurs ont simplement un lien vers leurs pages. Si vous avez ou connaissez une histoire du mt 7 et voulez la voir liée ou affichée ici, veuillez contacter le webmestre via la page commentaires ou par courriel (voir au bas).
- Serge, webmestre.

Amerrissage: un plouf en delta !
Mésaventure durant la Rencontre Willi 2009
par Guy Leblanc

Attéro, falaises Pagliaro, cabine.

La scène du drame.

Grimpant les falaises de Pagliaro, je prépare mon plané final vers l'atterro de Nicholson. Une cellule orageuse à l'Est m'inquiète, mais je m'en éloigne et je serai bientôt au sol. Comme je commence ma traversée du col vers le Mt 7, une forte descendance me rabat sans merci; impossible d'atteindre l'atterro, donc je fais demi-tour vers une zone alternative derrière moi. Chutant sans relâche à 6 m/s, quelques minuscules champs sous moi deviennent ma seule porte de sortie. Tournant en finale au-dessus de la route 95, le front de rafale me frappe de plein fouet et me repousse vers l'arrière, malgré la vitesse maximale de mon XC142.

Une pente forte derrière moi mène à la rivière [fleuve] Columbia et ses grands marais. J'ai le choix entre m'écraser dans les arbres qui oscillent violemment dans des vents de 90 km/h ou délibérément atterrir dans l'eau. J'amorce un léger virage vers la droite, et me fait repousser rapidement au-delà des falaises de 200' surplombant la rivière. Presque aussitôt, un puissant rotor enfonce mon aile gauche, m'envoyant en piqué vers la falaise. Luttant de tout mon poids pour tourner à droite, j'évite de peu la collision, puis frappe la surface de l'eau en forte descente vers la droite.

Position de la cabine.

Cabine isolée, grands marais et fleuve.

PLOUF !! La furie des vents laisse soudainement place au silence et au calme sous l'eau. J'ai emplit mes poumons juste avant l'impact comme je l'ai appris durant mon entraînement d'évacuation sous-marine comme pilote d'hélicoptère, ce qui me donne du temps pour analyser mes options. Devrais-je relâcher les sangles de mon harnais, détacher mon mousqueton ou couper le tout? Un coup d'œil rapide me laisse voir davantage de lumière derrière moi que devant. Je me pousse vers l'arrière en appuyant sur mes montants, soulève la quille, puis sort ma tête de l'eau juste derrière le bord de fuite de mon aile. Le delta flotte bien avec le nez incliné vers le bas, tandis que mon harnais soulève mes jambes vers la surface.

Voie ferrée.

Voie ferrée entre falaise et fleuve.

Dérivant lentement dans le courant, je jette mes gants et lunettes puis détache mon mousqueton. Saisissant un bout d'aile, je nage en tirant mon delta vers la rive opposée, me rapprochant de la route, et touche enfin le fond près de 800 m du point d'impact. La rive constituée d'énormes pierres est trop inclinée pour me permettre de sortir mon aile par la quille. Frissonnant dans l'eau froide, j'aligne l'aile avec le courant et enlève mon harnais et instruments de vol. Replongeant dans l'eau profonde, je retourne mon delta face à la rive, sans arriver à le sortir de l'eau. J'abandonne et bloque les câbles de nez dans les rocs submergés, puis sors enfin de l'eau.

Cabine sur le fleuve.

Guy est arrivé à cette cabine sur le fleuve Columbia.

Mes vêtements mouillés offrent peu de protection contre le vent violent; tandis que je me déshabille, un train passe rapidement à mes côtés, continuant sa course sur l'endroit où j'aurais abouti si j'avais frappé la falaise. Je repousse cette vision horrible de mon esprit, puis escalade la pente vers la maison la plus proche. Peu après, mes amis Leif, Fiona et Rob m'aide à sortir mon delta de la rivière. Par chance, l'aile n'a que quelques dommages superficiels; un bon séchage, pliage de mon secours et réparation de fortune le lendemain me permettent vite d'enrouler à nouveau les thermiques du Mt 7! Mon BlackBerry, mon GPS et ma radio FRS récupèrent pleinement de leur bain forcé, cependant mon vario n'offre plus que la fonction de base...

Commentaires finaux:

Mot de remerciements de Guy.

Remerciements bien sentis laissés dans la cabine.

  • Atterrir dans l'eau comporte des risques élevés, comme l'ont démontré de nombreuses noyades de pilotes. Paniquer, avoir une blessure ou perdre conscience pourraient être catastrophiques.
  • Les poches d'air dans ma voile et ma quille ont permis au delta de flotter un long moment. Ensuite, la géométrie de mon harnais et ma voile laissaient assez d'espace pour sortir ma tête derrière le bord de fuite. D'autres deltas pourraient couler rapidement et/ou empêcher un pilote de se sortir la tête de l'eau.
  • Prévenir vaut mieux que guérir, donc il faut se poser sans délai si les conditions se détériorent, spécialement en montagne.
  • Enfin, les pilotes devraient considérer toutes les options en anticipation d'un crash assuré: se poser au sommet est mieux que de fuir un front de rafale dans la vallée; Un atterro planifié dans les arbres est préférable à s'écraser au sol dans un rotor; s'écraser près d'une route est mieux que dans un coin isolé.

Bonne chance!

Expérience sensationnelle
2007 août 5
par Lukas Ircha

Lukas Ircha s'émerveille de plusieurs de ses vols en parapente à Golden. En anglais sur le forum du WCSC. Pas tous ses vols sont à recommander par contre. Et sa technique de voler bas n'est pas trop sécuritaire en parapente par ici.

[...] Vedrine et Gilbert se sont fait attaquer par d'énormes aigles durant leurs vols au-dessus des montagnes d'Espagne. Gilbert a descendu son adversaire; Vedrine a déjoué le sien. [...]
- Rédacteur, de Important and Unique Aeroplane Incidents of 1911, dans New York American, 1911 juin 04.

Attaqué par un couple de rapaces
dimanche, 9 juillet 2006
par Serge Lamarche

J'en ai entendu parler. Histoires d'oiseaux qui attaquent les libéristes, endommageant leurs ailes. Un parapentiste local (Dan) m'en a raconté une il y a une semaine environ. Il disait: "At first I tough I hit something. It was hitting hard, putting the wing in horseshoe... Left some tears on the wing, one this long (20 cm)..." (traduction: En premier, j'ai cru avoir frappé quelque chose. Ca frappait fort, mettant l'aile en fer à cheval... Fait des lacérations sur l'aile, une longue comme ca...)

Hors donc, je volais bas le long de la chaîne hier, essayant de remonter au dessus des sommets, sans succès. Les thermiques étaient faibles et petits. A environ 20 km le long de la chaîne, avant le village de Parson, j'entend soudain un "bam" et je tombe d'à peu près 30 cm. En premier, je pense que mon attache principale s'est rompue et que je tombais dans l'attache de secours. Ca semble impossible mais quoi d'autre? Et puis "bam", ca le fait encore un peu différemment! Je regarde rapidement derrière et, tenez vous bien, un rapace prends un peu de distance et refait un piqué! "Bam" encore! Il frappe tellement fort il doit se faire mal et l'aile pourrait être endommagée, pensais-je. Je fais un piqué et autres maneuvres d'évitements et ils laissent tomber. J'ai pris une photo du coupable(s) à distance sécuritaire. Les oiseau(x) n'étaient pas très gros, peut-être 60-90 cm d'envergure mais bien déterminés. Je volais sûrement près de leurs nid.

Chaque vol est une aventure. Et certains vols plus que d'autres.


J'ai pris des photos des dommages une fois atterri. Trous de serres, bec. L'oiseau a piqué entre et sous les cables. Etonnant. J'aurait aimé un vidéo de l'attaque. La première photo des dommages (photo côté anglais) montre le détail d'une passe sur le tissus et probablement du sang. L'attaquant principal a sûrement perdu une plume (photo à droite).


Mon agresseur est remonté rapidement.

Je viens de vérifier quel genre d'oiseau ça pouvait être. Selon Faune et Flore du Pays, c'est très probablement un autour des palombes. Il ne m'a pas lâché jusqu'à un kilomètre de là, était très agile et aggressif.

Un vol mémorable
28 juin 2005
par Serge Lamarche

Ce printemps, j'attendais une période de beau temps pour assurer l'auto et débuter ma saison de vol. Jeudi le 26 mai était la bonne journée. Au moins quatre jours de soleil avec vents faibles aux prévisions.

Jeudi et vendredi, j'ai volé seulement autour du mont 7 pour me refaire la main, vérifier l'aile, me réhabituer. Le mal de l'air commençait à se faire sentir lentement après une heure de vol. Je volais avec le harnais un peu plus vertical, histoire de réduire les symptômes. Une gorgée d'eau m'aide aussi.

Quelques gens, parapentistes et deltistes, sont venus pour la fin de semaine puisque le temps était superbe. Janet, André, Michael, John, Greg, Martin, Ron, et quelques autres dont le nom m'échappe encore. Je crois que la plupart étaient très satisfaits de leurs vols. Je ne suis pas au courant de tous les vols faits puisque je volais moi-même et ne pouvais pas socialiser en même temps.

Je peux parler de mes vols avec plus de précision puisque que j'en ai été témoin dans leur totalité: Samedi, le vent était nord-ouest et j'ai décidé de faire le pic Tower (Parson) et retour. Cependant, il y avait un feu près de l'embouchure de la Beaverfoot qui enfumait le ciel au sud du pic Willi (le vent était NE par-là). Alors j'ai raccourci mon vol distance en pic Willi (c'est à peu près à mi-chemin) et retour à Nicholson. Total: 36,5 km en deux heures de vol.

Avant de monter dimanche, j'ai rencontré Lee qui se dépêchait pour aller rescaper un parapentiste fraîchement embranché au nord-ouest du décollage. Visible de Reflection lake, Diane décide que c'est une journée deltiste. J'acquiesce, les débutants doivent être plus prudents. Le parapente jaune a eu une fermeture trop bas. Probablement conséquence de voler trop du côté sous le vent, celui-ci étant sud léger. L'air est aussi plus actif au printemps et causera plus de fermetures. C'est mieux de voler plus loin de la montagne, car les thermiques s'y trouvent aussi.

En vol, je pouvais voir le feu maintenant dévorer toute la montagne à l'est de l'embouchure de la rivière Beaverfoot et la fumée plus haute et plus étendue ombrageant la chaîne depuis le sud de Kapristo jusqu'à deux pics au nord du pic Tower. La fumée ressemblait un peu à un parasol fait d'une feuille de palmier géante. Etant haut au-dessus de Kapristo* (altitude: 11300 pieds; 3400 m), je suis allé pour Parson et retour pensant que je pourrais simplement planer en dessous de la fumée et prendre un thermique de l'autre côté. C'est ce que j'ai fait. Je ne suis monté qu'à 10000 pieds (3000 m) de l'autre côté par contre, rendant le retour moins certain mais j'avais le vent de mon bord. Le vent de vallée était définitivement modéré du sud. La fumée commençait à tomber alors je me suis dépêché. J'ai plané en dessous, le disque solaire devenant rouge en premier, puis une pluie éparse de cendres tombant lentement. J'arrive donc de l'autre côté plutôt bas, à peine au-dessus d'un "doigt" de Kapristo bien éclairé par le soleil. Je remonte ce doigt lentement et vole au-dessus du côté Pagliaro du massif Kapristo. Je ne cherchait pas à gagner en hauteur. J'ai volé directement au mont 7, facilement avec le vent sud.

Puisque que c'était seulement mon 4ème vol de l'année, j'avais encore un peu le mal de l'air. Les thermiques me secouant en présence de descendances, je pensais alors simplement aller atterrir. Je me suis donc dirigé directement vers le lac Cedar, de l'autre côté de la vallée, puisque j'étais assez haut et pour voir combien de personnes y étaient en ce brûlant dimanche après-midi. Il y en avait plusieurs. Une nageait, je crois.

Chaîne Dogtooth.

La chaîne DogTooth volée donne sur la vallée et inclut la station Kicking Horse. Photo prise en mai 2007. Air enfumé.

J'étais trop haut pour en être certain. Ben çà alors, j'ai pensé, avec le vent du sud maintenant léger, peut-être que je pourrais grimper sur la chaîne Dogtooth. Juste en face de moi vers la gauche se trouvaient deux grandes coupes à blanc au bord près de la crique Canyon. J'y vais et je trouve quelque chose. Avec de l'altitude en plus je décide de suivre les pics alignés, grimpant un peu plus ici et là. Une descendance avant la station de ski Kicking Horse m'a fait rebrousser chemin un peu. Mais j'ai essayé encore et j'ai trouvé un couple de coins ensoleillés donnant de bons thermiques. Je suis arrivé à 1000 pieds (300 m) au-dessus de la station de ski seulement pour y trouver le meilleur thermique de la journée! Je monte là jusqu'à 11500 pieds (3500 m). Bon ben, avec plein d'altitude maintenant, fallait que je continue plus loin. Alors je suis allé vers le nord le long des pics pour arriver au dernier de la ligne à 10000 pi.

Vol mémorable.

Ce cliché satellite pris en septembre est dépourvu de neige. Sans GPS, le tracé du vol est un peu brut. Dans l'ordre de vol, les cercles mettent en évidence: le Panoramique, le pic Tower, le lac Cedar, les coupes à blanc près de la crique Canyon, le pic de la station de ski, le pic au bout nord de la rangée, l'atterrissage de Nicholson, et la carrière de gravier.

Maintenant un peu bas, je me dépêche à revenir en espérant trouver assez de thermiques pour me rendre au bercail. Autrement, c'était la sortie d'urgence au nord-ouest de Golden et pas d'attéros évidents. Une échancrure rocheuse pointue m'a fourni les thermiques requis, par chance. Je n'avais donc plus qu'à suivre les pics au retour sans même tourner. J'ai viré vers l'atterrissage de Nicholson un fois arrivé au-dessus de la crique Canyon. J'ai suivi la crique jusqu'à l'atterrissage officiel. Au-dessus de celui-ci, il avait l'air déserté et j'étais assez haut (6000 pieds; 1800 m) pour retourner vers le mont 7. Mais comme il était maintenant passé 19 heures et que mon auto se trouvait encore au décollage Panoramique, je me suis dirigé vers la carrière de gravier pour y atterrir. Le vent étant sud et léger à cette heure, ce serait relativement facile. Et je pourrais avoir un pouce tout de suite pour récupérer mon auto. Et c'est comme çà que la journée s'est terminée. Plusieurs autres libéristes descendaient dans leurs véhicules pendant que mon pouce me remontait.

Tous les bouts ensemble, j'ai calculé ma distance comme étant du Panoramique au pic Tower, au mont 7, à la crique Canyon-et-Dogtooth, à la fin de la rangée au nord de la station de ski, à l'attéro de Nicholson, à la carrière de gravier. Ce qui fait 27,9 + 27,9 + 10 + 13 + 17 + 6 = 101,8 km en 3:40 de vol.

Eh bien. Ça c'est un vol mémorable!

* Le pic Kapristo atteint 8930 pieds (2706 m) d'altitude alors que le fond de la vallée est à environ 3000 pieds (900 m).

Un été de vacances en vol libre - 3ème partie: le mont 7
juin 2005
par Jeff Cristol

Jeff Cristol raconte (en anglais) son séjour à Golden, ici.

Golden vers Canmore
13 août 2004
par Will Gadd

Will Gadd raconte (en anglais) son vol Golden vers Canmore, ici.

Merci de visiter. Thanks for your visit.

Web Codes internets by par Serge at à

Droits d'auteurs des textes, propriété de leurs auteurs.
Texts copyrights, owned by their authors.

Droits d'auteurs Copyrights © 2011 Serge Lamarche

Golden, Colombie-Britannique, British Columbia, Canada.

 Any comments?   Commentaires? 

 Site map   Organigramme